• 18 | 04 | 2021 07:12

Flash Info

International | FIDA : Les nouveaux défis de Gilbert Houngbo

Pour son second mandat à la tête du Fonds international pour le développement agricole (FIDA), le Togolais Gilbert Houngbo veut consolider les acquis.

Dans un message sur son compter twitter, l’ancien chef du gouvernement du Togo (2008-2012) veut consacrer sa seconde mi-temps à la consolidation des « réformes entreprises au cours des quatre dernières années afin que la trajectoire du FIDA vers le doublement de son impact d’ici 2030 devienne irréversible ».

L’ancien Directeur général adjoint de l’Organisation internationale du travail (OIT) peut compter sur les contributions record dans la caisse du FIDA.  « Si tous les Etats n'ont pas annoncé leur contribution, nous en sommes déjà à 1,1 milliard de dollars pour un objectif de 1,55 milliard », s’enthousiasme le patron du FIDA. Aussi Gilbert Houngbo promette-t-il de poursuivre comme lors de son premier mandat, l’« amélioration institutionnelle continue et de positionnement stratégique du FIDA sur la scène internationale du développement ». Ce qui passe, a-t-il rappelé à l’époque, par le renforcement du rôle du Fonds « dans les processus internationaux de suivi de mise en œuvre dans les objectifs de développement durable (ODD) ».

Gilbert Houngbo n’a pas oublié l’impact du contexte actuel de grave crise sanitaire mondiale sur les zones de productions agricoles. Sur son compte twitter, le pur produit du système onusien a souligné que le coronavirus continue de dévaster les zones rurales avec une « augmentation de la pauvreté et de la faim ». C’est pourquoi, dit-il, il y a urgence que le Fonds international de développement agricole « passe à la vitesse supérieure » dans la réalisation de sa mission. « Aujourd’hui, c’est la Covid-19. Hier, c’était un tsunami et on ne sait pas ce qui arrivera demain. Mais la menace des changements climatiques et de catastrophes météorologiques n’a pas diminué. Nous devons nous préparer. Aucune femme ou aucun homme des zones rurales ne devrait jamais se retrouver contraint de vendre ses maigres avoirs – ou d’émigrer – pour simplement survivre », exhorte le patron du FIDA.

Egalement membre de l’Institut canadien des comptables professionnels agréés, Gilbert Houngbo n’oublie pas son origine rurale en affirmant qu’il a une parfaite « connaissance de la réalité du terrain ». Le Togolais va donc de nouveau puiser dans ses expériences pour contribuer à faire face aux conséquences dramatiques de la pandémie de coronavirus sur les régions agricoles durement frappées.

         Créé en 1977, le Fonds international de développement agricole est une institution des Nations Unies. Sa mission, lutter contre la malnutrition et la faim, réduire sensiblement la pauvreté dans le monde. Le FIDA vise le double de son influence d’ici 2030 en touchant au moins 40 millions de personnes.

Kossivi Amétowogblona

 


Commentaires