• 18 | 04 | 2021 08:21

Flash Info

International | L'ITFC et l’OCP Africa soutiennent 20 000 agriculteurs ivoiriens

Le 06 avril 2021 à Rabat au Maroc, la Société Internationale islamique de financement du commerce (ITFC) et son partenaire  OCP Africa  ont scellé un accord à travers le programme Agribooster. Il vient en aide aux riziculteurs ivoiriens et vise l’amélioration des chaînes de valeurs agricoles.

 « La subvention de l'ITFC pour le programme OCP Africa Agribooster en Côte d'Ivoire a pour objectif de minimiser l'impact économique de la COVID-19 en maintenant les chaînes d'approvisionnement alimentaire mondiales mais aussi en améliorant les chaînes de valeur agricoles du pays surtout pendant les circonstances difficiles », a déclaré Hani Salem Sonbol, Directeur Général de l'ITFC. Il a poursuivi en souhaitant que « les pays africains doivent en effet s'efforcer de sécuriser leur production agricole locale, afin de minimiser leur dépendance aux importations » afin  « de renforcer la sécurité alimentaire de leurs populations ».

L'accord signé par le Dr. Mohamed Anouar Jamali et Hani Salem Sonbol

De son côté, Dr. Mohamed Anouar Jamali, Directeur Général d'OCP Africa a rappelé le contexte actuel du Covid-19 et ses incidences sur les modèles de production actuels. « Les répercussions de la pandémie sur la sécurité alimentaire exigent de nouveaux modèles holistiques pour produire suffisamment de nourriture en Afrique », a-t-il indiqué. Et de préciser que « le programme Agribooster est un bon exemple d'initiative destiné à supporter les systèmes alimentaires africains à devenir plus résilients, et nous sommes heureux d'avoir l'ITFC comme partenaire en Côte d'Ivoire ».

Le programme Agribooster  d'OCP Africa est consacré au développement durable de l’agriculture. Il vise à  permettre  « une formation approfondie aux bonnes pratiques agricoles et un suivi régulier tout au long de l'année ». Selon les chiffres, Agribooster a déjà touché  plus de 630 000 petits exploitants agricoles au Ghana, au Sénégal, au Nigéria et en Côte d’Ivoire, « avec une augmentation de leur rendement allant jusqu'à 40 % pour les principaux exploitants ».

Thibaut Mawunyigan


Commentaires